La trilogie Le dernier Jardin, tome 01 : Éphémère de Lauren DeStefano

Plongez dans un monde merveilleux et cruel : retenue prisonnière et mariée contre son gré, Rhine va tenter d’échapper à son destin.

ephemerelaurendestefano

mon-avis⭐⭐⭐⭐
Un premier tome cruel, poétique et original qui m’a séduite.
17/20

Rhine Ellery pensait vivre jusqu’à ses 20 ans en liberté auprès de son frère jumeau Rowan à Manhattan.
Depuis la mort de leurs parents, scientifiques travaillant sur un antidote contre le virus faisant mourir les jeunes, le lien qui les unis à toujours été très fort. Kidnappée, vendue, puis mariée de force avec deux autres jeunes femmes au gouverneur domanial Linden Ashby, Rhine va tenter d’échapper à cette cage dorée pour vivre ses dernières années libre.

Ephémère

Ephémère est un superbe livre esthétiquement parlant, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai craqué en le voyant.
La couverture est l’une des plus belles que j’ai eu l’occasion de voir jusqu’à aujourd’hui (d’autant plus qu’elle est en lien direct avec l’histoire de manière symbolique).
Une cage dorée qui représente parfaitement la prison dans laquelle se retrouve Rhine dans ce premier tome d’une saga qui s’avère très prometteuse.
Ce premier opus nous plonge directement dans la peau de Rhine alors qu’elle vient juste d’être kidnappée. Retenue prisonnière, attachée dans une camionnette avec d’autres jeunes filles le temps d’un trajet qui les mènent on-ne-sais-où, puis exposée devant des possibles acheteurs comme du bétail; autant vous dire qu’on rentre directement dans l’histoire. La peur que l’on ressent pour la vie de Rhine +ainsi que des autres jeunes filles- est au cœur des premières pages. D’autant plus que dès le début du roman, on nous explique que Rhine connait la date de sa mort – grâce à un virus qui touche et tue tous les jeunes (20 ans pour les femmes, 25 pour les hommes)-, qu’elle tente de vivre dans un monde post-apocalyptique, détruit par les guerres, où la mort l’attend à chaque coin de rue.

Alors nous revoilà en compagnie de Rhine achetée par son futur beau-papa avec deux autres jeunes filles. Toi, lecteur qui a vécu l’enfermement de Rhine dans la camionnette entre les pleurs et la peur, tu n’es pas au bout de tes surprises quand tu découvres avec horreur le sort des autres jeunes filles qui n’ont pas été choisie.
Et l’horreur ne s’arrête pas là, loin de là même.
Mariée de force à Linden Ashby avec deux autres jeunes filles Jenna et Cecily, puis conduite au manoir luxueux de son nouveau mari – et architecte de profession- , elle va découvrir avec effarement qu’elle et ses sœurs épouses servent de remplacement à l’actuelle première épouse mourante, Rose Ashby.
Prisonnière d’un manoir luxueux, dans une propriété qui a tout d’un endroit merveilleux, Rhine va devoir échapper à son mari et à son beau-père qui l’a retiennent prisonnière.

Comme vous l’aurez compris l’univers du livre est loin d’être rose, il est même carrément sombre. Comme je vous l’ai exposé plus haut, nous avons affaire à un monde post-apocalyptique, une dystopie. Les continents ont été détruits par une troisième guerre mondiale, à l’exception du continent américain.
De plus l’avenir de la race humaine est compromis à cause d’un virus qui fini par décimer la population jeune (virus né de la main de l’homme suite à des manipulations génétiques).

Dans ce monde, les parents de Rhine étaient chercheurs scientifiques, comme il en existe de nombreux, ayant pour ambition de sauver les jeunes générations. Rhine et Rowan (son frère jumeau) finissent orphelins, sans un sous, et doivent se battent pour survivre. Ils surmontent les obstacles ensemble.
Alors que pendant ce temps là dans les sphères les plus riches, les gouverneurs domaniaux et autres VIP de ce monde vivent dans l’opulence et l’illusion de leur mort prochaine. Comme Linden Ashby, notre architecte polygame, qui vit dans un manoir luxueux avec piscine où la nature y est luxuriante.
La vie de Rhine paraît donc paradisiaque : le manoir est superbe, les jardins sont féeriques ( l’orangeraie -l’endroit fétiche- de Linden est sensationnelle), la garde robe de Rhine est à se damner, les fêtes données sont grandioses, de plus des serviteurs sont à son service jour et nuit, elle peut donc obtenir tout ce qu’elle veut d’un claquement de doigts…. ou presque. Où est le problème? Ah oui elle est prisonnière!

L’univers de Rhine au manoir ressemble à une nature morte : malgré les belles apparences la vie y est toujours éphémère et la mort guette. Les riches ont tout ce qu’il veulent sauf l’espérance d’une vie longue et heureuse – Rose la femme de Linden en est la preuve-.
Cet univers qui oscille entre féérie et thriller, je l’ai trouvé brillant de cruauté, de poésie et de beauté.

Même si j’ai eu un peu de mal au début (vu la cruauté de la situation dans laquelle se trouve Rhine), j’ai réussi à me plonger dans l’histoire – et dans la peau de notre héroïne Rhine-.
Par bien des aspects l’histoire m’a rappelé celle la Belle et la Bête : une jeune femme retenue prisonnière par un homme qui l’a dégoûte aux premiers abords, un cadre merveilleux tout droit sorti d’un conte de fée, les hologrammes qui occupent les jeunes femmes et leur donne une vision du monde extérieur, etc…

L’écriture de Lauren DeStefano et la traduction donnent une véritable dimension poétique et cruelle à l’ouvrage. L’histoire m’a : fait retenir mon souffle, trembler de peur, émerveillé, sourire, pleurer, rire. Le fait est que l’on passe d’un sentiment à l’autre en un battement de cils, c’est assez déconcertant, très bien réussi et j’ai pris mon pied avec toute cette palette d’émotions.

D’un sentiment à l’autre….

Ce premier tome est un excellent page turner tant on veut connaitre la suite des aventures des habitants du manoir. Les rebondissements sont assez nombreux et ils sont dans la logique de l’histoire. La psychologie de chaque personnage est développé avec brio, ce qui m’a permis de m’attacher à chacun d’entre eux.
J’ai adoré ma lecture en compagnie de Rhine, de ses soeurs épouses Jenna et Cecily, des domestiques (de Gabriel – le domestique de Rhine), de Linden. Je suis passée très près du coup de cœur, voire plus, il m’a manqué quelque chose pour un vrai coup de cœur.
J’ai clairement regretté un manque d’explications sur certains points de l’univers (une explication sur l’âge de la mort des jeunes par exemple) – un manque d’approfondissement général peut être- et une fin qui a fait retomber l’action comme un soufflé. Je me suis donc retrouvé devant la fin du livre comme ça : « Ah oui ? Nooon? C’est fini? Nooon? Comme ça? Ohh… « .
La suite dans le tome 02! Et pour le coup j’ai vraiment hâte de me procurer les deux prochains tomes.

Bilan

Ephémère est un livre qui m’a transporté de A à Z à travers ses personnages et son écriture.
Le déroulement de l’histoire nous emporte dans le quotidien de Rhine, une héroine qui sait se battre avec ruse dans un univers de richesses et  d’illusions. Les personnages se croisent et se décroisent dans un huit clos presque enchanteur, dont Rhine doit sortir indemne. Cependant, Il m’a manqué un je-ne-sais quoi  pour avoir un coup de cœur total.

citations1

ephemerec1

auteur
Lauren DeStefano a obtenu son BA spécialisé en création littéraire à Albertus Magnus College à New Haven, Connecticut, en 2007.

CraeodTWAAEKfO_.jpg large


oie-8
03/30

Publicités

2 réflexions sur “La trilogie Le dernier Jardin, tome 01 : Éphémère de Lauren DeStefano

Laisser un commentaire ✍

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s