Chroniques de livres·Contes·Fantastique·Fantasy·Fiction·Jeunesse·Romances·Young Adult / Jeune adulte

Piégée d’Heather Dixon (Ed. Panini • Scarlet)

Elle savait désormais pourquoi cette magie si intense n’avait pas de nom. Certaines choses étaient tout bonnement inqualifiables.

Bonjour et bienvenue, aujourd’hui nous allons parler d’un conte. Enfin, de la revisite d’un conte.
Les souliers usés au bal ou le bal des 12 princesses est un conte que j’adore. Lorsque j’ai vu la magnifique couverture de Piégée, je me suis dit que je devais l’acheter et découvrir cette réécriture.
Avant de vous parler du contenu, je dois vous parler du contenant. La couverture du livre, les incrustations de feuilles argentés (que vous pouvez voir sur la photo) et la présentation des chapitres sont  superbes. Ce livre semble être une petite merveille… sauf que ce sentiment ne se retrouve pas à la lecture.

╭⋟────────────────────────╮

Titre : Piégée
Titre VO : Entwined
Auteur : Heather Dixon
Maison d’édition : Panini
Collection :
Scarlett

Traduction : Carine Roulet
Parution VF : 19 juin 2013
Nombre de pages : 475 pages
Prix : indisponible en achat neuf
Résumé : Azalea est l’héritière du trône. Elle porte des robes magnifiques, a de nombreux prétendants et danse dans de somptueux bals. Le rêve prend fin à la mort de sa mère. Un jour pourtant, ses sœurs et elle découvrent un passage secret qui conduit vers un pavillon enchanté, dans une forêt d’argent. Elles y dansent toute la nuit. Si l’endroit semble merveilleux, le Gardien des lieux l’est beaucoup moins, et ses intentions envers Azalea sont loin d’être bienveillantes. En effet, le Gardien aime garder les choses, et Azalea va payer le prix fort pour danser dans ce jardin secret.

╰────────────────────────⋞╯

mon-avis

« Une revisite sympathique mais pas exceptionnelle. »

Note : 12 / 20

Piégée nous offre un univers unique. Dans un château où la magie est endormie, onze princesses (puis douze) vivent un drame : la perte de leur mère. Tout le royaume d’Eathesbury entre en deuil et la danse est interdite au royaume. Les princesses n’arrivent pas à comprendre cette décision car la danse est synonyme de vie pour elles. Danser est aussi un hommage à leur mère qui adorait la danse. C’est pourquoi, elles vont braver l’interdit et plonger dans la magie enchantée du château pour pouvoir danser, une magie pas toujours bienveillante.

Le conte Les souliers Usés, ou Le bal des douze princesses, dans lequel 12 princesses (le nombre varie selon les versions) s’échappent de leur quotidien pour danser dans un monde enchanté, a été finalement peu adapté depuis la première version de Jacob et Wilhelm Grimm. Et c’est bien dommage…

Heather Dixon nous propose comme décor un château où des objets prennent vie, un peu comme dans La Belle et La Bête, ces objets ne sont pas très nombreux mais apportent des touches de magie que j’ai beaucoup apprécié.
L’univers est clairement inspiré des contes : un royaume, des princesses, de la magie et une morale finale. Rien d’original de ce côté.
C’est l’Histoire du royaume, de ce roi fou ayant abusé de la magie, qui apporte de la féérie au roman. Nous comprenons la raison de l’abandon de la magie et malheureusement l’évasion des princesses dans un univers parallèle, un univers magique, ré-ouvre une boite de Pandore. La magie n’est pas que belle et bienveillante. Pour nos princesses, le danger rôde.

Je ne vais pas m’attarder sur cette chronique car je n’ai pas été autant envouté que ce que j’espérais.

Le roman possède de bons points : une revisite originale du conte, un roman familial, des romances pas si envahissantes. Piégée possède de bons atouts. Malheureusement j’ai trouvé la narration longuette, trop de détails inutiles et de bavardages incessants. Avec douze sœurs -qui portent des noms des fleurs- (Azalée, Bleuet, Capucine, Delphinium, Églantine, Fleur, Garance, Horthensia, Iris, Jasmin, Kalanchoé et Lys) des prétendants et tout un tas de personnages autour, il y a beaucoup d’interactions, pas toujours utiles donc.
Oui, je me suis un peu ennuyée durant ce roman, malgré un si bon début, certains passages m’ont semblé pas assez aboutis/brouillons. En plus, l’action tarde à venir, même si le danger apparait assez rapidement. Bref, l’intrigue principale traine en longueur.
Concernant les personnages : Azalée, l’aînée est plutôt naïve sur certains points et je n’ai pas spécialement accrochée avec le caractère de la princesse. Heureusement ses sœurs ont plus de caractère. Mais, pour moi, les sœurs sont trop égoïstes, elles agissent de manière trop superficielle. Elles manquent de maturité.

— Vous savez ce qu’est le deuil, reprit-il. Vous savez ce qu’il signifie. Je ne veux plus entendre parler de danse. Comment pouvez-vous déshonorer la mémoire de votre mère d’une manière aussi épouvantable ?

Les autres personnages ne sont pas plus remarquables. Et ils ne sont pas assez développés pour s’y attacher véritablement.
Toutefois, les personnages et histoires secondaires, les romances des soeurs, rythment un peu le roman.Ainsi que la romance d’Azalée avec *** (non je ne spoilerais pas!). Le gros bémol est à mes yeux : la relation père/filles  qui laisse à désirer dans le roman. Le Roi est un personnage absent, froid, sans qu’on en connaisse la raison.

Finalement, la danse est le sujet principal de ce conte. Je ne serais dire si j’ai apprécié toutes les descriptions des danses, sans les connaitre véritablement à la base. A vrai dire, le vocabulaire et les différents types de danses sont très spécifiques. Ce qui, au bout d’un moment, m’a un peu lassé.

Les musiciens commencèrent, les murmures se turent et Azalée entama sa valse avec Fairweller. À sa grande surprise, il dansait merveilleusement bien. Il la fit glisser d’un bout à l’autre de la piste entre les jupes des dames, en rythme parfait avec la musique. Finalement, le seul point négatif à danser avec Fairweller était… de danser avec Fairweller.

La danse est aussi le « moteur » des sœurs, c’est leur raison principale de vivre, d’aimer, de se divertir. Sans la danse, les princesses dépérissent. Ce lien fort avec la danse et les liens familiaux entre les sœurs, sont touchants. J’ai aimé leurs petites querelles, leurs joies et leurs peines. Piégée est un roman qui met en avant les liens familiaux et les rapports entre sœurs. Ce qui pour moi est le meilleur côté de ce conte revisité.

~∴~

Les points positifs :
– La couverture, la présentation des pages
– Les liens familiaux

Les points négatifs :
–  Les longueurs
– Trop répétitif
– Un manque de maturité des personnages

BilanUn roman qui est idéal à lire pendant les fêtes de fin d’année, tant les liens familiaux et la magie sont mis en avant. La danse et les rapports entre les personnages rythment le roman, qui s’étire bien trop en longueur. La narration ne m’a pas spécialement marquée. Piégée est un roman sympathique mais clairement pas inoubliable.


📕 Aspect général du livre (5/5)
📖 Univers/thématiques (2.5/5)
✍️ Écriture
(2/5)
👥 Intrigue/Personnages (2.5/5)

auteur

Heather Dixon est storyboardeur et écrivain.
Piégée (Entwined, 2012) est son premier roman.
Elle vit à Salt Lake City, Utah.

Publicités

3 commentaires sur “Piégée d’Heather Dixon (Ed. Panini • Scarlet)

Laisser un commentaire ✍

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s